REF: 13232

Superbe lettre de Georges Auric à Raymond Radiguet évoquant Le Bal du comte d’Orgel et Cocteau

Georges Auric (Lodève, 1899/1983)
Compositeur, l'un des membres du Groupe des Six.

Type de document : lettre autographe signée

Nb documents : 1 - Nb pages : 3 pp. - Format : In-8

Lieu : Issoire, 32 boulevard de la Halle

Date : S.d. [1923]

Destinataire : Raymond Radiguet

Etat : Bon. Quelques froissements.

Description :

Georges Auric écrit à son grand ami Raymond Radiguet "[...] ne nous oublions pas trop, malgré tout ce beau travail qui nous occupe en ce moment".

Il évoque Le Bal du Comte d'Orgel, qu'il avait tapé à la machine, sous la dictée de Radiguet : "J'espère bien à mon retour lire ton roman achevé et compléter grâce à lui tous mes désirs de psychologie (car je pense bien que tu vas nous révéler par ce livre des tas de coins mal connus des âmes combinées d'Adolphe, de Daphnis et de Valmont = trois 'amoureux' [...]".

Auric est débordé de travail "c'est le seul moyen pour moi de faire quelque chose, car m'atteler à une besogne unique, fixée, suffit à me paralyser, de même peut-être qu'il suffit, en amour, de se dire lorsqu'on en est arrivé à un certain degré de lassitude sexuelle, que c'est avec "cette" personne, et pas une autre, qu'on va être appelé à "faire l'amour", pour qu'on se sente, à l'instant, impuissant".

Il évoque également un article critique, paru dans Comoedia consacré à la musique des Fâcheux (d'après A. de Musset), bientôt donnée à la Comédie-Française : "on rend ma musique jugée 'agressive', 'anachronique', 'intempestive', responsable du peu de succès de la reprise déjà faite par l'Odéon [...]. Je reçois chaque matin une carte de Venise, signée d'un nom différent chaque fois. Ça me donne des désirs de gondoles, de 'Palazzo', de vins mousseux, de belles filles, de petits garçons (si j'ose dire) faciles, passionnés et charmants comme on trouve à chaque page de Casanova. (Il est vrai que depuis il y a d'Annunzio qui a passé par là et qu'on risquerait peut-être de se faire assassiner par quelques patriotes si l'on voulait toucher à quelques uns des fruits nationaux. Dis à Jean [Cocteau] qu'il va travailler pour moi, qu'il le faut [...]". À Paris, "nous nous retrouverons toi et moi dans quelque restaurant où nous oublierons nos peines en même temps, toi le Piquey et l'hôtel Charles et moi l'Auvergne bohémienne et juive que vous n'avez pas pu comprendre, et où se trouve, avec le 'secret de Barrès' - le vrai celui-là - de biens jolis endroits cent fois plus beaux que les plages brûlées de la Méditerranée".

Encre noire sur feuillet double de papier vergé filigrané.

1300,00

Ajouter à la liste de souhaits