REF: 12123

Puissant portrait du paysage politique du 4 septembre 1870

Type de document : lettre signée

Nb documents : 1 - Nb pages : 8 pp. - Format : Grand in-4

Lieu : Paris

Date : 20 novembre 1870

Destinataire : Pierre-Frédéric Dorian (1814-1873)

Etat : Quelques déchirures sans manque

Description :

Longue lettre politique du banquier et homme de lettre Duvivier, écrite durant le siège de Paris, et adressée à Pierre-Frédéric Dorian, ministre des travaux publics du gouvernement gouvernement provisoire de 1870.

Audacieux et truculent courrier, rédigé sans "rien négliger de ce qui dépend de moi pour conjurer le péril", avec un grand courage et un rythme que veut la véhémence.

Il contient une longue analyse du "pauvre parti républicain", de ses défauts et carences et de son manque d'esprit pratique. Il fustige les "misérables conservateurs", les mesures trop datées du gouvernement du 4 septembre, rejette les trois avocats formants le gouvernement de Tours et souhaiterait à leur place un Louvois ou un Richelieu, la gérontocratie, l'inaction, etc. Il mentionne Ernest Picard, Jules Favre, Étienne Arago, M. Ménard, Rochefort, Louis Jules Trochu, Léon Gambetta et nombres de personnages illustres de la politique française. Pour Duvivier, la seule priorité c'est de chasser les prussiens et la pacification.

"[...] l'ennemi infernal c'est la coalition monarchique qui vous guette dans l'ombre, vous tout le premier Monsieur Dorian et cherche à vous envelopper [...] il vous faut laisser ces vieillards sans élan, incapables de parler à la France, s'éteindre peu à peu ; il vous faut élaguer le bois mort, avoir foi dans la vitalité du pays qu'il ne s'agit que de stimuler pour tout en attendre [...]".

Encre brune, deux doubles feuillets joints par un onglet. En-tête imprimé "J.H. Duvivier, Banque & Bourse - Paris".

380,00

Ajouter à la liste de souhaits