REF: 11396

Hanriot demande à faire arrêter Pétion

François Hanriot (Nanterre (Hauts-de-Seine), 1759/1794)
Révolutionnaire, commandant de la Garde Nationale de Paris, guillotinné avec Robespierre, le 9 thermidor.

Type de document : lettre signée

Nb documents : 1 - Nb pages : 1 p. - Format : Petit in-folio

Lieu : S.l. [Croisset]

Date : 8 messidor, an II [26 juin 1794]

Destinataire : Sans

Etat : Petit manque de papier la pliure centrale avec minime atteinte au texte

Description :

Hanriot donne des ordres pour faire arrêtter Pétion, l'ancien maire de Paris, ne sachant que celui-ci s'était déjà suicidé.

"On présume, Général, que Petion ex Maire et Député de l'Assemblée législative et de la Convention est dans les environs de Strasbourg, je t'invite à prendre tous les moyens pour découvrir ou peut être caché cet ennemi du peuple qui en le caressant, lui a fait tant de mal. Nous faisons ici comme toi, nous surveillons les Aristocrates qui se couvrent souvent du voile du patriotisme ; continuons, mon ami, cette surveillance, et nous déjouerons leurs complots. Vive la République. Salut Amitié et Fraternité [...]".

Jérôme Pétion de Villeneuve (, révolutionnaire français, fut maire de Paris de 1791 à 1792 (élu au détriment de La Fayette). En fuite après l'insurrection du 2 juin 1793, il se suicida le 18 juin 1794, avec son compagnon François Buzot (1760-1794). Pétion était donc déjà mort, en Gironde, lors de l'écriture de ce courrier, preuve de l'hystérie ambiante. Un mois plus tard, Hanriot fut lui-même guillotiné, comme la majorité des partisans de Robespierre.

Encre brune sur papier vergé filigrané à l'en-tête imprimé "Force armée de Paris - État-Major-Général".

1400,00

Ajouter à la liste de souhaits