REF: 11561

L’archéologue Léon Heuzey, en Macédoine, pour Napoléon III

Abdülkerim Nadir Pasha  (Chirpan, Bulgarie ottomane, 1807/1883)
Chef militaire de l'Empire ottoman.

Type de document : pièces manuscrites

Nb documents : 2 - Nb pages : 1 p. et 1/2 p. - Format : In-plano et in-folio

Lieu : S.l. [Thessalonique ?]

Date : "le 4 du mois de reb-ul-akhar année 1278" [9 octobre 1861].

Destinataire : Léon Heuzey

Etat : Traces de pliures, déchirures avec manques le long du bord gauche, affectant le début de quelques lignes.

Description :

ABDÜLKERIM NADIR PACHA. Ensemble de deux lettres de recommandation en turc ottoman (?), en caractères arabes, adressées au moudir de la ville de Durazzo (ou Durrës - actuelle Albanie), en faveur de l’archéologue français Léon Heuzey.

Passeports de l’archéologue Léon Heuzey, à la découverte des sites de l’antique Macédoine sur ordre de Napoléon III.

Les laissez-passer sont accompagnés de leurs traductions françaises. 2 pp. in-12, à l’encre noire sur papier quadrillé (quelques ratures et corrections) :

-« Au très illustre et capable Bey, Mudir de Durazzo / Très illustre Bey, / Monsieur Léon Heuzey, sujet du glorieux gouvernement français, venant dans ce pays muni d’un ordre supérieur et d’un firman de sublime provenance, ayant déjà parcouru et visité diverses localités, vient d’arriver actuellement de ce côté, pour la recherche et l’étude de certaines matières scientifiques devant servir à l’établissement, sur des bases certaines, d’une relation qui est en train d’être composée sur l’histoire des anciens romains.

Comme ce personnage est d’un rang distingué et digne de respect, ce billet affectueux a été écrit pour vous engager à apporter de l’application dans les égards qui lui sont dus ainsi qu’à lui procurer toutes les facilités qui lui seront nécessaires. »

Signé : Abd-ul Kérim nadir 1259 (date du cachet).

L’auteur de la lettre, Abdülkerim Nadir Pacha (1807-1883), grand militaire de l’empire ottoman, est alors gouverneur de la Thessalonique. Il recommande Léon Heuzey au moudir [préfet ou directeur] de la ville de Durazzo, située en actuelle Albanie. L’archéologue français est en effet de retour en Macédoine pour une seconde mission, avec l’architecte Honoré Daumet (1826-1911), à la demande de Napoléon III.

L’empereur souhaite rassembler des informations préparatoires à son histoire de Jules César, et s'intéresse particulièrement aux champs de bataille de ce dernier en Orient, notamment celui de Pharsale. La mission s'effectue dans des conditions difficiles et doit être écourtée. Elle mit néanmoins au jour les principaux sites antiques d'une région alors peu explorée et enrichit le musée du Louvre de quelques objets. Le fruit du travail de Heuzey et Daumet, mentionné dans cette lettre de recommandation, est publié en 1876 sous le titre Mission archéologique de Macédoine : fouilles et recherches exécutées dans cette contrée et dans les parties adjacentes de la Thrace, de la Thessalie et de l’Épire en l’année 1861 par ordre de sa Majesté l’empereur Napoléon III.

Léon Heuzey fait ainsi figure de précurseur dans la découverte de la Macédoine antique. En 1870, il fut nommé conservateur au département des antiquités grecques et romaines au Louvre et en 1881, premier conservateur du département des antiquités orientales.

 

-« A l’illustre et capable Bey, Mudir de Durazzo / Très illustre Bey, / Mr Léon Heuzey, sujet du gouvernement français, vient d’arriver dans ces contrées muni d’un ordre supérieur et d’un firman, dans le but de rechercher et d’étudier sur les lieux mêmes, des matériaux historiques pour servir à préciser certains faits chronologiques qui seront contenus dans un ouvrage que l’on compose actuellement sur l’histoire des anciens romains. / Ce personnage, qui a déjà parcouru quelques localités, entreprend à présent de visiter ces environs. / Comme Mr Léon Heuzey est d’un rang élevé et distingué, vous êtes prié par le présent et affectueux billet, d’avoir pour lui tous les égards désirables et de lui procurer toutes les facilités qui lui seront nécessaires ».

Cette version de la lettre, également en caractères arabes, mais sur un feuillet de format plus petit (½ p. in-folio à l’encre noire, vestiges de paillettes dorées sur certains mots, petit cachet humide à gauche de la signature). Cette seconde version est accompagnée d’une traduction française par la même main que la précédente. 4 du mois de reb-ul-akhar, 1278. 1 p. in-12. Encre noire sur papier à petits carreaux.

 

On joint :

-2 lettres en arabe à l'encre brune sur papier vergé occidental pourtant les chiffres l'un gaufré "BM", l'autre imprimé "B".

-2 lettres en arabe à l'encre brune, sur papier à lignes. Traduction sous les caractères au crayon à papier.

Encre noire, vestiges de paillettes dorées sur certains mots, deux beaux cachet angulaires.

1200,00

Ajouter à la liste de souhaits