REF: 12865

Gide dénonce le texte « monstrueusement fautif » de son entretien sur l’URSS

André Gide (Paris, 1869/1951)
Écrivain français. Prix Nobel de littérature en 1947.

Type de document : lettre autographe signée

Nb documents : 1 - Nb pages : 2 pp. - Format : Petit in-4

Lieu : Sans

Date : 8 mai 1935

Destinataire : Sans

Etat : Bon. Petite déchire à un pli.

Description :

Lettre de André Gide adressée à un "cher Monsieur", relative au discours que tint Gide lors du débat de L'Union pour la Vérité dans lequel il exprima ses positions vis-à-vis de l'URSS.

"[...] Je vous suis grand gré de votre communication. Mais que de regrets elle m'apporte : que l'article sur la séance de la rue Visconti ait été rédigé d'après un texte aussi déplorablement, aussi monstrueusement fautif que celui donné par la revue Reportages - qui me fait dire parfois, souvent (et pas seulement à moi) exactement le contraire de ce qui a été dit. Exemple : "Je ne suis rien moins qu'un théoricien" devient : "Je ne suis rien qu'un théoricien». Etc., etc. Un texte correct de cette séance va très prochainement paraître, édité à la fois par le cercle de l'Union pour la vérité et par La Nouvelle Revue Française, texte soigneusement revu par chacun des interlocuteurs [...]".

André Gide fut convié à L'Union pour la Vérité (aussi appelée Union pour l'action morale) le 23 janvier 1935, pour s'expliquer sur sa position vis-à-vis de l'URSS. Les discussions furent publiées par la Nouvelle Revue Française sous le titre : André Gide et notre temps. L'année suivante, Gide publie Retour de l'U.R.S.S., récit de son voyage et d'une désillusion.

Encre noire.

450,00

Ajouter à la liste de souhaits