REF: 13146

Cocteau fustige la France et pleure Radiguet « les nuits, les réveils sont atroces »

Jean Cocteau (Maisons-Laffitte, 1889/1963)
Écrivain, dessinateur et cinéaste. Membre de l'Académie française (1955).

Type de document : lettre autographe signée

Nb documents : 1 - Nb pages : 1 p. - Format : In-4

Lieu : Villefranche sur mer

Date : Septembre 1924

Destinataire : Bolette Natanson

Etat : Bon. Quelques pliures.

Description :

Amère, Cocteau fustige la France et évoque Radiguet. "[...] ne plus écrire entraine une paresse absolue de la plume et je n'écrirai plus, comme dans le conte, jusqu'au jour "où le public se réveillera". L'ingratitude française me dégoute. J'ai dépensé sans compter pour une danseuse. Je regrette. La France est une danseuse sourde et cruelle et qui dépense ce qu'on lui donne avec d'autres. Ces autres rendent notre vie impossible [...]". Un article paru le matin même sur Radiguet le révolte "Je n'imagine pas des choses pareilles possible. Elles m'étonnent toujours". Il ajoute « Les nuits, les réveils, les siestes, les repas sont atroces [...]".

Bolette Natanson (1892-1936), fille d’Alexandre Natanson, le directeur de « La Revue Blanche » (fondée avec ses deux frères : Thadée et Louis-Alfred, dit Alfred Athis), était un designer influent de son temps.

Dans les années 20, Bolette fréquente les milieux intellectuels et artistiques les plus fins de France et se lie d’amitié avec Jean Cocteau, Raymond Radiguet, Georges Auric ou encore Jean Hugo. Après un bref mariage, elle rencontre, en 1926, l’architecte Jean-Charles Moreux. Passionnée par la couture, elle quitte alors la France avec Misia Sert, la grande amie de Coco Chanel pour les États-Unis où elle fut embauchée chez Goodman. De retour en France en 1929, Bolette et Jean-Charles Moreux séjournent en Italie et en tirent de nombreuses inspirations artistiques.

En 1929, ils créent la galerie « Les Cadres » au 174 rue du faubourg Saint-Honoré, consacrée à cet élément de mobilier. L’exposition inaugurale fut intitulée « Variations sur un thème d’histoire naturelle », la première d’un cycle de manifestations thématiques : « Cages d’Oiseaux », « Plantes », « Papillons », « Glaces » ou « Variations sur un thème antique », etc, en s’inspirant de l’antiquité, de la Renaissance ou du Baroque.

Bolette et Jean-Charles fréquentent nombre d’artistes et d’érudits et leurs créations obtiennent un succès notoire : ils dessinèrent la cheminée de Winnaretta de Polignac, décorèrent le château de Maulny, s’occupèrent de l’agencement de l’hôtel particulier du baron de Rothschild, créèrent des cadres pour l’industriel Bernard Reichenbach et collaborèrent à la devanture du magasin de Colette.

Grande amie de Jean Cocteau, ce dernier écrira le texte d'introduction de son premier catalogue. On y trouve la liste impressionnante des grands artistes d’alors, dont elle encadra les œuvres : Bonnard, Braque, Picasso, Vuillard, Man Ray, André Dunoyer de Segonzac, etc. Elle collaborera également avec la galerie Bernheim pour une exposition consacrée à Max Ernst.

Malgré son succès, Bolette se suicidera en décembre 1936, quelques mois après la mort de son père.

Encre noire.

750,00

Ajouter à la liste de souhaits