REF: 12026

14 lettres de l’aéronaute Wilfrid de Fonvielle

Wilfrid de Fonvielle (Paris, 1824/1914)
Journaliste, aéronaute et vulgarisateur scientifique français. Il battra plusieurs records en ballon, dont celui de la vitesse avec Gaston Tissandier.

Type de document : lettres autographes signées

Nb documents : 14 - Nb pages : 38 pp. - Format : In-4

Lieu : Boufarik et Alger

Date : 1852-1853

Destinataire : ses parents et son frère

Etat : Sans

Description :

Bel ensemble de 14 lettres de l'aéronaute Wilfrid de Fonvielle, adressées à ses parents et à son frère. Trois des lettres sont incomplètes.

Belle correspondance politique et scientifique adressée à ses parents et son frère, écrite durant son exil en Algérie, plusieurs concernent ses expériences sur l’électromagnétisme. Avant de s’être intéressé aux questions d’aéronautique, il fut un journaliste d’extrême-gauche très virulent ; après le coup d’État du 2 décembre 1851, il est exilé en Algérie avec son frère Arthur, et y créée le journal l’Algérie nouvelle ; il revient en France en 1859, après son amnistie.

Chronique ironique de la colonisation en Algérie. Citons la première lettre, très représentative du ton de l’ensemble. Ayant traversé les montagnes de l’atlas et la Mitidja pour rejoindre Boufarik et son ami Caumartin, il dût affronter le siroco durant 3 jours. « Mais j’ai rencontré un café arabe où je me suis accroupi en compagnie de Bédouins revenant des courses, et regagnant le désert. Le gouvernement a adopté une politique bien digne de ses grands desseins ; il ordonne aux arabes de se rendre à Alger, et leur paie le voyage, mais comme les habitants du désert se trouvent au milieu des séductions les plus puissantes de sa civilisation, ils finissent par venir jusqu’à leur chevaux pour trouver quelques douros. On prétend que cela fait aller le commerce et sert puissamment à asseoir notre domination. Nous sommes un peuple éminemment moralisateur […]. Bouffarik possède un établissement de Jésuites voués à l’éducation des orphelins pauvres. Des jésuitesses élèvent de leur côté des orphelines que l’on accouplera lorsque les temps seront venus. L’Église d’Afrique retrouvera bientôt son antique splendeur, il n’y manquera que Saint-Augustin mais on aura la monnaie de la pièce. Comme il doit être agréable à Dieu d’entendre résonner les hymnes sacrées sur tous les points d’un territoire privé si longtemps du saint sacrifice du corps et du sang de n. s. Comment se fait-il que le prince président n’ait pas eu le temps de venir nous visiter, et ait été réduit à embrasser le général Pélissier au nom de tous les habitants (transportés sous-entendu mais pourtant inclus dans l’accolade présidentielle). J’ai dîné hier soir avec un professeur du Lycée d’Alger tout à fait dans l’esprit du programme à mettre en œuvre et digne de ce chef d’œuvre de l’esprit moderne, pour lequel il professe la plus sincère admiration. Les déclarations ordinaires contre l’infâme théorie ont de l’écho jusque sur les rives sauvages de l’Afrique et me poursuivent jusqu’au sens de mon exil. J’aurais encore beaucoup à dire mais il paraît que mes lettres sont interceptées […] ».

D’autres lettres très intéressantes à son frère sont consacrées à ses expériences et réflexions sur l’électromagnétisme. « Je crois que les changement opérés à la machine auront un heureux résultats. Si je ne me troupe, les mouvements vibratoires qui étaient si sensibles aux premières expériences avant mon arrestation ont dû disparaître presque entièrement. Car les forces perdues s’équilibrent autour de l’axe fixe. Il me semble que le système sera d’autant plus avantageux que le rayon sera plus grand, les composantes suivant la normale à la courbe diminuant d’intensité et la ligne d’attraction se rapprochant de la tangente à mesure que le diamètre s’accroit. Il faut faire en sorte que les aimants fixes soient le plus près possible des aimants mobiles, et que le nombre des aimants soit le plus considérable qu’on puisse obtenir, c’est à dire qu’il faut chercher à diminuer leurs dimensions transversales. J’estime que le fer doit être disposé en lames rectangulaires dont les grandes dimensions soient dirigées suivant les rayons des circonférences, ces lames étant aussi serrées que le permet le jeu du commutateur, etc. et les rayons des roues étant aussi grands que possible. Quant aux rubans de cuivre substitués aux fils de métal, je ne peux rien en dire. Je n’ai pas le temps de vous indiquer les calculs sur lesquels s’appuie l’opinion que je viens d’émettre, mais j’ai bien meilleur espoir depuis ta dernière idée. Comment évaluez-vous la force ? Faites marcher aussi longtemps que possible et calculez la dépense. Faites ces expériences sur la machine qui vient d’être construite […] ».

Encre brune. Quelques adresses aux versos des seconds feuillets, avec marques postales.

1200,00

Ajouter à la liste de souhaits