30%
REF: 9355

Tapuscrit signé d’une nouvelle de Colette.

Sidonie Gabrielle Colette (Saint-Sauveur-en-Puisaye, 1873/1953)
Femme de lettres.

Type de document : tapuscrit signé avec quelques corrections autographes

Nb documents : 1 - Nb pages : 4 - Format : In-4

Lieu : Sans

Date : [1922]

Destinataire : Sans

Etat : bon

Description :

Tapuscrit signé, avec quelques corrections et envoi autographe signé, d'une nouvelle de Colette, intitulée "La Main". Publiée pour la première fois dans Le Matin du 27 mai 1922, puis reprise dans La Femme cachée (Flammarion, 1923), elle est une métaphore sur les désillusions de l'amour et la soumission de la femme mariée.
Une jeune mariée, dont le mari s'est assoupi sur son épaule, voit son sentiment amoureux se transformer sous le regard qu'elle porte à sa main. « [...] Un tressaillement parcourut le corps endormi qui reposait près d'elle, et elle resserra son bras gauche autour du cou de son mari, avec l'autorité charmante des êtres faibles. Il ne s'éveilla pas [...]. La lumière, glissant sous les bords d'une ombrelle de cristal bleuâtre, butait contre cette main et rendait sensible les moindres reliefs de sa peau, exagérait les noeuds puissants des phalanges, et les veines que la compression du bras engorgeait. Quelques poils roux, à la base des doigts, se courbaient tous dans le même sens, comme des épis sous le vent, et les ongles plats, dont le polissoir n'effaçait pas les cannelures, brillaient, enduits de vernis rosés [...]. Le dormeur ne s'éveilla pas, mais la main, offensée, se souleva, se crispa en forme de crabe et attendit, prête au combat. Le son déchirant décrut et la main, détendue peu à peu, laissa retomber ses pinces, devint une bête molle, pliée de travers, agitée de sursauts faibles qui ressemblaient à une agonie [...]. Elle tressaillit et sentit sa chair se hérisser, en haut des bras et le long du dos. –oh ! non... non... Puis elle cacha sa peur, se dompta courageusement, et commençant sa vie de duplicité, de résignation, de diplomatie délicate, elle se pencha, et baisa humblement la main monstrueuse ».

Vendu