REF: 12581

Pour Malraux, la vieillesse est synomyme de sagesse et non de sénilité

André Malraux (Paris, 1901/1976)
Écrivain, ministre du général de Gaulle, prix Goncourt 1933 pour La Condition Humaine. Il fut inhumé au Panthéon.  

Type de document : Cartes autographes dont une signée et une paraphée

Nb documents : 3 - Nb pages : 4 pp. - Format : In-12 oblong

Lieu : Sans

Date : Août 1968, février et juin 1975 (marques postales)

Destinataire : Armand Lanoux (1913-1983), romancier, de l'Académie Goncourt

Etat : Bon

Description :

Ensemble de trois cartes autographes d'André Malraux, dont une signée et une paraphée, adressées au romancier, lauréat et membre de l'Académie Goncourt, Armand Lanoux.

Il le remercie pour un article (1968) et pour l'envoi de son livre Paris 1925, le complimentant "ça ressemble à Chagall" (1975). Dans une troisième carte, écrite cette même année 1975 (il décèdera l'année suivante), il se livre à une réflexion sur la vieillesse : "Vs avez raison, cher Armand Lanoux, d'aimer vos "roses", et vs avez eu raison de m'envoyer le livre. Quant à la vieillesse, Lazare m'a fait découvrir avec beaucoup d'étonnement qu'à l'exception des gens atteints physiquement, personne ne se sent vieux. D'ailleurs, la vieillesse fut longtemps sagesse et non sénilité [...]".

Stylo a bille bleu. Cartes imprimées au nom de Malraux. Enveloppes conservées.

680,00

Ajouter à la liste de souhaits