REF: 10810

Pierre Balmain, mélancolique et nostalgique.

Pierre Balmain (Saint-Jean-de-Maurienne, 1914/1982)
Grand couturier, il fonde sa propre maison de couture en 1945, qu'il dirige jusqu'à sa mort survenue en 1982. Il a, en outre, créé de nombreux costumes pour le théâtre et le cinéma.

Type de document : lettre autographe signée

Nb documents : 1 - Nb pages : 4 - Format : in-8 (grand)

Lieu : Florence (Italie)

Date : 8 novembre [vers 1970]

Destinataire : Sans

Etat : bon

Description :

Emouvante lettre de Pierre Balmain, empreinte de nostalgie quand il évoque sa ville de naissance, Saint-Jean-de-Maurienne, et de mélancolie, au moment des obsèques de son serviteur marocain Nacer. "Me voici pour quelques jours en Italie. Le temps maussade à Milan paraissait normal, n'est-ce pas la ville du brouillard, mais quand on est à Florence sous la bruine, on en éprouve comme le sentiment d'une injustice. Et je me vais imaginant la ville comme je l'aime, dorée au soleil tardif de novembre, toutes ses lourdes façades de pierre encore tièdes - et ses statues comme vivantes - mais hélas il n'en est rien et j'en suis mélancolique. La Toussaint à St Jean fut bien triste [...]. J'ai toujours un serrement de coeur quand je retourne à St Jean que je ne reconnais presque plus. J'étais presque soulagé de partir!... [...]. Je rentre moi-même cette nuit. Demain enterrement de Nacer au cimetière musulman. Ce sera très triste. Je ne sais même pas si on a le droit de lui mettre des fleurs. Je vois le petit groupe que nous formerons, avec son beau-frère qui vient du Maroc dans ce sinistre faubourg de Bobigny. L'Imam de la Mosquée de Paris y mettra une note de grandeur - et peut-être de sérénité - mais serons nous autorisés à le voir enterrer, je n'en suis pas sûr. Ainsi aurai-je perdu un serviteur bon et dévoué comme on en trouvait qu'au Maroc d'autrefois... Et je crois que son humble présence restera toujours dans mon coeur [...]".

En-tête à son nom. Enveloppe jointe.

Vendu