REF: 11783

Longue et belle correspondance d’Alfred de Falloux

Alfred Falloux (comte de) (Angers, 1811/1886)
Historien et homme politique catholique, ministre de l'Instruction publique, membre de l'Académie française (1858) ; il réorganisa l'enseignement primaire et secondaire.

Type de document : lettres autographes signées

Nb documents : 13 - Nb pages : 30 pp. - Format : In-8

Lieu : Bourg d'Iré, Angers

Date : 20 janvier 1862 au 8 septembre 1875

Destinataire : Joseph Autran

Etat : Une déchirure avec atteinte au texte, sans manque.

Description :

Belle correspondance composée de 13 lettres autographes signées d'Alfred de Falloux, adressée au poète Joseph Autran.

Falloux évoque les affaires de son temps et principalement les pronostics et coalitions pour orienter les élections de l'Académie française, où il avait été élu en 1856. Ainsi Falloux et Autran dissertent longuement de l'élection difficile de ce dernier (il fut d'abord contraint de se retirer devant Octave Feuillet en 1862, puis perdit face à Camille Doucet en 1865 et fut finalement élu en 1868) et des candidatures d'autres.

«Permettez-moi de vous aborder très cordialement et sans préambule sur l'élection de jeudi prochain. Beaucoup de motifs sérieux m'attachent à la candidature de M. Saint-René-Taillandier, et en première ligne ma fidélité à la mémoire du P. Gratry, qui se trouvera absolument en pays étranger, si on le livre à l'incompétence absolue de M. de Viel-Castel. Je ne vous cacherai pas que l'idée de donner à M. Guizot un instrument certain pour le despotisme qu'il exerce, quelquefois si durement, à l'Académie, compte aussi parmi mes motifs de résistance. M. Thiers et M. Mignet étaient fort ombrageux, il y a quelques années, au sujet de ce despotisme. Je ne sais s'ils épouseront, au point de l'oublier aujourd'hui, les rancunes de M. Jules Simon contre M. Taillandier, et voudront l'exclure de l'Académie comme ils l'ont exclu déjà du Conseil d'État [...]». Il ajoute plus loin : "Je suis beaucoup plus agriculteur qu'académicien".

Il évoque notamment son grand ami Victor de Laprade, Thiers, Montalembert, François-Auguste Mignet, François Guizot, Pierre-Antoine Berryer, le Duc de Noailles, Victor Cousin, Octave Feuillet, Alphonse de Lamartine, Jules de Rességuier, Prince Albert de Broglie, Alfred de Vigny, Charles de Rémusat, Abel François Villemain, Jean-Baptiste Sanson de Pongerville, Eugène de Ségur, Félix Dupanloup, Victor Hugo, Théophile Gauthier, Taillandier, Jules Simon, Camille Doucet, etc.

Une lettre de la comtesse de Falloux, rédigée à la place de son mari souffrant. 22 mars 1865. 2 pp. in-8.

Encre brune sur doubles feuillets de papiers vergés filigranés. Enveloppes conservées. Quelques cachets de cire conservés sur les enveloppes.

650,00

Ajouter à la liste de souhaits