REF: 12029

Longue lettre de 32 pages d’un médecin à son arrivée à New York en 1831

Type de document : lettre

Nb documents : 1 - Nb pages : 32 pp. - Format : In-4

Lieu : New York

Date : 14 août 1831

Destinataire : Ses parents

Etat : Quelques minimes déchirures sans atteinte. Pâles piqûres.

Description :

Très longue lettre d’un jeune médecin parisien parti s’installer à New York pour travailler avec le rev. Dr Milnor au sein de l’institution des sourds-muets [New York Institution for the instruction of the deaf and dumb, fondée en 1817 et dirigée par Milnor].

Cette lettre, adressée à ses parents, relate ses péripéties durant plusieurs mois, tout d’abord en Angleterre, puis durant la traversée et son arrivée à New York.

Après une longue description du vaisseau, « je fis mes premiers adieux à l’Europe le 27 7bre 1830 » (p. 13). Longue description de la traversée jusqu’en baie de New York, en passant par les bancs de Terre-Neuve, rencontre de marsouins, tempêtes, etc. (pp. 13 à 26). Puis l’arrivée en Amérique (pp. 27 à 32), Long Island et New York. « Là s’ouvre Broadway, droite jusqu’au bout de la ville, percée à la manière anglaise en gros cailloux ronds, elle est bordée de larges trottoirs en dalles. Des arbres encore jeunes, espacés comme sur nos boulevards, et des lampes à gaz, à pied de fonte, sont placés sur le bord du trottoir. Le bas de Broadway est principalement occupé par les hôtels et les pensions bourgeoises du haut ton ; vient après la partie qu’occupent les boutiques de luxe de New York […] ». Description de la ville qu’il traverse jusqu’à la maison du Dr Milnor, qui le reçoit, et l’héberge, lui fait découvrir la ville, ses églises, assistant à un concert de musique religieuse. « Le matin le premier bruit que j’entendis fut le cri du laitier passant avec sa petite charrette, je vis ensuite le boulanger allant avec de grandes mannes placées sur un chariot étroit distribuer ses pains, puis les petits ramoneurs nègres dont la suie n’était pas si noire que le visage et qui s’annonçaient en roucoulant des gammes bruyantes, enfin le porteur d’eau qui me semblait venu de Paris avec son tonneau et son cheval ». Il est alors reçu au sein de l’institution des sourds-muets newyorkaise. « Le mardi 9, il y eut convocation des directeurs de notre institution pour entendre le compte-rendu de la mission du Dr Milnor qui me présenta à ses collègues […]. Je passai chez lui ma dernière nuit en ville avant mon entrée à l’institution que je fis le lendemain. C’est là que j’attends le cours postérieur de calmes ou d’orages que réservent à ma vie la Providence, ma philosophie et ma faiblesse… ! ».

Encre brune sur feuillets doubles ou simples.

1300,00

Ajouter à la liste de souhaits