30%Hot
REF: 10213

Lettre d’André Breton à Georges Sadoul évoquant Buñuel à l’époque du Chien Andalou.

André Breton (Tinchebray, 1896/1966)
Ecrivain, fondateur du surréalisme.

Type de document : lettre autographe signée

Nb documents : 1 - Nb pages : 1 - Format : In-8

Lieu : Sans

Date : "lundi 1h1/2 matin [30 décembre 1929, selon une no

Destinataire : [Georges Sadoul (1904/1967), écrivain proche des Surréalistes et historien du cinéma]

Etat : marge gauche un peu déchirée

Description :

Intéressante lettre d'André Breton évoquant Buñuel, écrite à l'époque du Chien Andalou et de la publication du second Manifeste du Surréalisme. « Mon cher petit, Suite à la conversation chez Buñuel, veux tu bien venir demain mardi 4h précises chez moi. Il serait, je crois, nécessaire, d'avoir une conversation générale avant notre départ (n°3, etc.). A demain, mon petit enfant & pardon. AB ».

La rencontre entre Buñuel et le groupe de Breton se fit à la fin du mois de juin 1929 par l'intermédiaire de Fernand Léger qui le présenta à Man Ray. Comme on avait parlé de surréalisme à son sujet, cela avait éveillé la suspicion de Breton et de ses amis, toujours sourcilleux quant à l'attribution de l'adjectif “surréaliste” sans leur autorisation expresse. Et c'est dans un climat de franche défiance réciproque que les surréalistes se rendirent à une projection du Chien Andalou et que Buñuel le leur présenta, car il avait en mémoire l'accueil réservé quelques mois plus tôt à La Coquille et le clergyman. Pendant la projection, le réalisateur se tint derrière l'écran afin de sonoriser le film (nous sommes encore à l'époque du cinéma muet) à l'aide de disques, faisant alterner pasodobles et extraits du Tristan de Wagner. Buñuel raconte qu'il avait pris soin de remplir ses poches de cailloux afin de les jeter sur les surréalistes s'ils réservaient un mauvais accueil à son film. Mais la réaction fut unanime et enthousiaste: Buñuel devint immédiatement le cinéaste “officiel” du groupe.
Breton vient de publier le Second Manifeste du Surréalisme en décembre 1929 dans « La Révolution Surréaliste » Il y confirme un certain nombre d'exclusions : Artaud, Delteil, Desnos, Naville, Soupault.

Pour Georges Sadoul, le surréalisme aura été une expérience fondamentale puisqu'il reconnaissait en André Breton une figure paternelle sans laquelle « [il] ne serai[t] pas devenu de la même façon » (cf. Valérie Vignaux « Georges Sadoul et le surréalisme, chronique d'un itinéraire intellectuel ».

Lettre signée des initiales. On joint une enveloppe autographe d'André Breton à Georges Sadoul, datée du 15 juin 1931.

1200,00 840,00

Ajouter à la liste de souhaits