REF: 11760

Féminisme : 4 lettres de Benoîte Groult à Madeleine Chapsal

Benoîte Groult (Paris, 1920/2016)
Journaliste, romancière et militante féministe française.

Type de document : L.A.S. (3) et C.A.S. (1)

Nb documents : 4 - Nb pages : 6 pp. - Format : In-4 et in-8 oblong

Lieu : Hyères et s.d.

Date : 1979-2003 et s.d.

Destinataire : Madeleine Chapsal

Etat : Pliures d'envoi

Description :

Ensemble de trois lettres et une carte postale autographes signées de Benoîte Groult.

-Groult compare leurs visions et ressentis de femmes : "[...] je voulais vous écrire pour vous dire à quel point votre livre m'avait touchée. Et aussi votre "sororale" dédicace, où vous supposiez qu'étant femme, je "comprendrais" votre femme en exil. Or - bien que femme, je me sens profondément différente chaque fois que vous dites quelques choses sur votre intimité, votre moi profond, je suis stupéfaite de découvrir à quel point nous pouvons réagir différemment ! Malgré un climat qui est le même [...]. Ce qui m'a décidé à vous écrire aujourd'hui c'est votre très bel article du matin à propose de S. de Beauvoir e n'avais pas toujours réalisé, parce que nous sommes habituées à cette aimable goujaterie masculine, à quel point Lanzmann, Sartre et les autres mettaient S. de Beauvoir en situation d'inférieure [...]". Elle évoque plus loin La Robe rouge de Geneviève Gennari.

-À propos des Les Vaisseaux du cœur. Groult explique avoir grandement apprécié l'analyse de Chapsal sur cet ouvrage : "J'ai voulu effectivement faire un roman 'd'amour heureux' et je suis très réconfortée que ça se voie... au moins pour celles et ceux qui ne jugent pas au nom de la morale". A propos de ses personnages "C'est dans la tromperie qu'ils puisent l'énergie de répandre le bonheur autour d'eux...".

-À propos de la Deyrolle : Benoîte Groult évoque le jardin de son enfance en Bretagne, chez son grand-père botaniste et zoologiste "qui, avec ses fils, dirigeait la Maison Deyrolle rue du Bac". Elle évoque ensuite ses souvenirs dans la boutique, les noms latins de ses animaux favoris etc. Elle explique posséder trois jardins, un irlandais, un breton et un Hyérois.

Le grand-père de Benoîte Groult, Paul Groult, avait épousé Camille Deyrolle à Concarneau et devint naturaliste et taxidermiste, dans la célèbre maison « Les Fils d’Émile Deyrolle », rue du Bac à Paris.

-Elle néglige son jardin et ses roses "je n'arrive pas trouver des roses trémières simples ! Je trouve les doubles affreuses", pour se consacrer à l'écriture de son roman "sur le vieillissement".

Papier à lettre bleu, deux en-têtes à l'adresse de Benoîte Groult, à Hyères. Une enveloppe conservée.

400,00

Ajouter à la liste de souhaits