10%
REF: 10770

Ernest Renan recense les inscriptions phéniciennes de Malte pour le Corpus Inscriptionum Semiticarum.

Ernest Renan (Tréguier, 1823/1892)
Philosophe, philologue, historien et écrivain, membre de l'Académie française.

Type de document : lettres autographes signées

Nb documents : 2 - Nb pages : Sans - Format : In-8 et in-4

Lieu : Paris

Date : 1879-1882

Destinataire : le général Percy Feilding (1827/1904), à Malte.

Etat : bon

Description :

Deux lettres d'Ernest Renan relatives à ses recherches d'inscriptions phéniciennes en vue de la publication du Corpus Inscriptionum Semiticarum. Alors qu'il en préside la commission, il s'adresse au général Feilding pour obtenir des renseignements sur certains cippes de Malte, et le charge de recueillir les inscriptions présentes sur l'île. "Les inscriptions phéniciennes de Malte pour lesquelles nous avons besoin de recourir à votre complaisance sont au nombre de trois. 1° Le candélabre ou plutôt le cippe du Musée de Malte dont nous avons le pendant au Musée du Louvre [...]. 3° Le cippe qui est entre les mains de cette famille maltaise, qui s'en montre si jalouse. On n'en possède qu'une mauvaise copie donnée par Gesenius (C). Il serait tout à fait désirable d'en avoir une bonne photographie ; car cette inscription, ainsi que celle de Mme Strickland, est très ancienne. Elle formait une sorte de pendant à celle que possède Mme Strickland. Tous les efforts pour décider les propriétaires actuels à permettre de photographier ou d'estamper le monument, seraient de véritables services rendus à la science. L'occasion de la publication de notre Corpus serait bonne à saisir. Ce recueil doit contenir le représentation aussi exacte que possible de toutes les inscriptions phéniciennes connues [...]. Le recueil que nous publions ne renferme que les inscriptions ; les monuments, même les plus intéressants, qui n'ont pas d'inscription, n'y peuvent trouver place [...]". Dans une seconde lettre, il se désole de l'attitude de cette famille maltaise qui refuse de montrer la précieuse antiquité. "Il parait que le Cerbère qui garde l'inscription Melitensis1a n'a aucune tendance à s'adoucir". Il demande au général Feiding de faire une nouvelle tentative. "Vous avez, je pense, reçu le premier fascicule de notre Corpus. La seconde livraison, contenant l'Egypte, la Grèce, Malte, la Sicile, paraîtra dans quelques mois [...]".

Une enveloppe timbrée jointe (adressée à Malte). En-têtes de l'Académie des Inscriptions et Belles-lettres - "Commission du Corpus Inscriptionum Semiticarum"

300,00 270,00

Ajouter à la liste de souhaits