REF: 9573

Constantin de Brancovan publie les vers de Jane Catulle-Mendès.

Constantin Brancovan (de) (Publier, 1875/1967)
Homme de lettres, frère d'Anna de Noailles, député au parlement roumain, fondateur de la revue La Renaissance Latine.

Type de document : lettres autographes signées

Nb documents : 4 - Nb pages : 8 - Format : In-12 et in-8

Lieu : Paris et Nice

Date : 1903-1909

Destinataire : Jane Catulle-Mendès (1867/1955), une à Catulle Mendès (1841/1909)

Etat : papier fragile et cassant, une lettre déchirée en deux.

Description :

Une première lettre est adressée à Catulle Mendès dans laquelle Constantin de Brancovan le remercie des mots aimables qu'il a eus pour la revue qu'il dirige, La Renaissance latine. "J'espère que dans l'avenir cette publication saura réellement mériter l'éloge que vous en faites afin que vous puissiez juger des quelques perfectionnements que je vais tacher de réaliser, je ne manquerai pas de vous faire faire régulièrement le service de la revue [...]". Il espère pouvoir le compter parmi les collaborateurs de la revue. "C'est là mon plus cher désir". Quelques semaines plus tard, il reçoit les vers de Jane Catulle-Mendès. "Je n'ai pas encore eu le temps de les lire. Je vous écris ces quelques lignes pour vous dire que vous reverrez les premières épreuves le 18 ou le 19 avril". Mais le même jour, il reprend sa plume et lui adresse une nouvelle lettre. "Je ne veux pas attendre le plaisir de vous revoir pour vous dire que j'ai lu vos poèmes, que je les trouve très beaux, et que je suis très heureux et très honorés de les publier dans la revue que je dirige [...]".

En-têtes à son chiffre couronné.

220,00

Ajouter à la liste de souhaits