REF: 11194

Une expérience d’alchimie de Jean Grosse pour la marquise d’Urfé

Jean Grosse (/1744)
Chimiste d'origine allemande, entré à l'Académie des sciences en 1731.

Type de document : Lettre autographe signée et manuscrit autographe

Nb documents : 2 - Nb pages : 3 pp. 1/3 - Format : In-4 et petit in-8

Lieu : S.l.

Date : S.d. "5 février"

Destinataire : Marquise d'Urfé

Etat : Piqûres et frottements, papier fragilisé dans les marges avec déchirures, traces d'onglets

Description :

Curieuse et passionnante lettre, accompagnée d'un manuscrit de Jean Grosse, adressée à l'extravagante marquise d'Urfé, relative à une expérience alchimique ayant pour but de créer de l'or :

"[...] Je présume, conformément à mes souhaits, que vous jouissez présentement d'une bonne santé, & je vous en souhaite la continuation pour un grand nombre d'année.

Ayant fait quelque chose sur la liqueur et le sediment du petit matras, j'ai mis sur la feuille cy-jointe un petit détail ; et il me paroît qu'il ne reste qu'à voir si le bouton, qui est sur la coupelle, donnera dans la dissolution quelques flocons d'or [...]".

Le manuscrit joint à la lettre, intitulé Sur la Liqueur et le Sediment du petit matras détaille minutieusement toutes les étapes de l'expérience d'alchimie de Grosse :

"1. La liqueur fume comme l'eau-forte, et sent de même.

2. Une goutte ou deux versées sur le doigt cuisent beaucoup et longtems, et font à la fin une tache noirâtre ; en quoy cette liqueur diffère de l'eau)forte ordinaire.

3. Cette liqueur est très astringente sur la langue.

4. Par le froid il s'étoit formé dans la liqueur quelques crystaux plats, lesquels séchés, ont figé sur le charbon ardent et il s'est ressuscité des globules d'argent très-fins. [...]". Il ajoute de l'huile de tartre, du cuivre, de l'esprit de sel, du plomb, etc. Il obtient un bout vert "qui est ordinaire à l'or. Quand Madame l'aura bien regardé au jour, je le dissoudrai dans l'eau-forte bien nette pour voir s'il s'en séparera des flocons bruns. Quand j'aurais fini avec la poudre rouge, j'en ferai aussi un petit détail".

Grosse, inventeur de l'éther sulfurique, avait manifestement travaillé pour, ou en relation, avec la riche et excentrique Jeanne de La Rochefoucauld, marquise d’Urfé (1705-1775). Cette veuve, férue d’occultisme et d’alchimie, était relativement crédule.

Un petit matras est un réceptacle en verre en forme de bouteille ou d'éprouvette, servant à la pratique de la chimie.

Encre brune sur deux doubles feuillets de papier vergé, un filigrane (griffon). Adresse au verso du second feuillet de la lettre. Cachet de cire rouge partiellement conservé.

2800,00

Ajouter à la liste de souhaits